presse

ONDES PRIMITIVES—KADIMA COLLECTIVE (KCR 38)
Sun Ship

L’autre rencontre est plus ancienne, et tient de la fusion. C’est celle de Fred Marty et de sa contrebasse. On perçoit dans l’approche physique qu’il a fait sienne une force qui vient de l’enfance ; elle balaye les souvenirs et les émotions avec une force qui ne peut être que celle de l’intime…

Quand s’ouvre Ondes Primitives sur le bien nommé « Sur un fil », mais à fortiori sur le magnifique « Urgence à la Ferme » qui lui fait suite, on reconnaît chez Fred Marty plusieurs influences : celle de Léandre, bien sur, incontournable. Mais celle de Didier Petit surtout, tant l’approche est voisine.

Fred Marty, comme son collègue violoncelliste, donne à son instrument de la chair et du sang à la place du bois et des cordes. Il y a également la dimension physique du corps à corps, où l’archet est parfois remplacé par des batons ; où les cordes sont parfois délaissées au profit du bois, frappé à plate-main ou au contraire malaxé jusqu’au crissement. Franpi Barriau

ImproJazz

…Fred Marty s’inscrit donc dans le sillage lumineux des Mark Dresser, Joëlle Léandre, Tetsu Saitoh, Barre Phillips et autres confrères illustres publiés chez Kadima Collective avec le bonheur et le soin que l’on sait. De quoi donner le vertige à quiconque ne pourrait se targuer d’une démarche personnelle ou d’une approche originale ! Point d’inquiétude, cependant : le garçon ne démérite pas et maîtrise un vocabulaire et une syntaxe propres puisant dans un imaginaire si particulier que ses mondes sonores pourraient bien, un de ces jours, apparaître comme les prémisses d’une forme réellement neuve… Joel Pagier

 The Free jazz Collective »

An album worth loooking for, and one that will not only be enjoyed by bass-players. Stef

ALL ABOUT JAZZ

Each of nine pieces focuses on a distinct sonic property and acoustic palette, developing ideas in an intimate and usually patient manner, like a researcher who methodically studies aspects of the bull fiddle. He creates with the bow and other objects like drumsticks and chopsticks. A series of percussive strikes on the strings suggest weird and surprisingly resonant qualities. A profound understanding of the deep-toned timbral range of the double bass is highlighted in the tribal, hypnotic « The Shaman’s Voice » and the enigmatic texture of « L’âme de Fond. Eyal Hareuveni

Jazz à Paris

…Il s’agit là, en effet, d’une réalisation qui n’a rien d’anecdotique. C’est  une forme de point d’orgue dans l’itinéraire musical de cet aventurier des musiques improvisées, une sorte de somme. Examiner ce qu’il a fait de mieux, retravailler encore et encore l’instrument, pour distiller de nouveaux alcools d’un mix entre bois et âme… Guy Sitruk


SAILLANCES MARTY/SOUCHAL—Musique en Friche MF006

Citizen Jazz

La musique est intimiste ; elle ne cherche pas l’intensité si ce n’est celle de la sensibilité. Pas de phrases tourbillonnantes, pas de transe recherchée non plus, mais se mettent en place un dialogue, des trames sonores et des osmoses affectives. Une forme de réserve, de pudeur qui se dissipe lentement. Guy Sitruk

Sun Ship

une construction patiente, qui ne doit sa finesse qu’à des détails en apparence invisible mais auxquels le duo décide de s’attacher dans des morceaux très courts dans lequel il fait bon plonger tête la première. Seul « Affins » est plus long, mais c’est un nécessaire processus de maturation. Elle est lente et drapée, comme une couche de sédiment. Archet et souffle s’étreignent, ne font qu’un et bourdonnent avec une grande douceur. C’est ce qu’il ressort de ce beau disque, qui vous happe totalement. Franpi Barriau

Jazz News

La furie des deux musiciens à déjouer les contraintes idiomatiques et sensibles n’y a d’égal que l’étayage de leur musique sur des principes d’improvisation aussi puissants qu’ils ne paraissent pas conceptuels.

Pierre Tenne

Salt Peanuts

The experimental duo of French trumpeter Nicolas Souchal and double bass player Fred Marty describe their album as the demise of the acoustic duets of the trumpet and double bass. But out of this symbolic demise new options are being born. Souchal employs on the seven free-improvised duets an array of extended breathing techniques and uses the trumpet and the bugle as wind generators for raw, sound while Marty employs extended bowing techniques on his prepared double bass, attaching and injecting ropes, chopsticks, wood and metal objects to its strings.. Eyal Hareuveni

Improjazz

D’emblée le salivaire, terrain conquis depuis longtemps. Bavards ces deux-là, toujours en éveil, toujours centrés sur l’autre. Roulis de cordes tandis que la trompette s’unissone. Ensuite décaper l’inutile et franchir d’autres paramètres : suspension des souffles, batailles et répits, appel et césure, insistance et déterminations, correspondance et éloignement, unisson et discordes… Saillances donc. Luc Bouquet

JazzWord

During the course of Saillances, despite the structure and characteristics of each instrument, there are times during which their timbres are almost indistinguishable. This is especially noticeable on “Asintés”, when the trumpeter’s unaccented air propelling bleeds into the bassist’s horn-like-tone resembling string rubs. Elsewhere, more powerful, perhaps without attached mouthpiece blows from Souchal break away from any affiliation to judder up and down in counterpoint to Marty’s spiccato sweeps. Eventually the two negotiate intersection with stentorian bass string sweeps and bitten capillary tones. Ken Waxman


PIROUETTES— Kepl/Marty—Creative Sources CS554

Jazz à Paris

Fred Marty et Irène Kelp nous offrent là un album d’une belle intensité, une forme de jeu incessant entre lyrisme et refus, entre approches et virevoltes, entre fusion et diffraction Guy Sitruk

Citizen Jazz

On est parfois dérouté, aux franges de l’ivresse, mais c’est peut-être tout simplement l’effet recherché, qui fait pression sur l’oreille interne lors d’une acrobatie. Une perte de repères salutaire qui se révèle d’une agilité hors pair pour ces musiciens qui évoluent dans des univers personnels forts où il convient de s’abandonner. Franpi Barriau


MARSA FOUTY Concerts
Sun ship

Il y a une écoute mutuelle, c’est l’évidence, entre les deux musiciens. Elle est exacerbée, mimétique, sur le constant qui-vive. Mais il y a aussi une gourmandise des sons. De se laisser traverser par eux, de leur donner un souffle de vie et de les regarder évoluer dans l’espace du concert pour se donner d’autres allures et se confondre. Une expérience indispensable… Franpi Barriau

Orynx voice  25/07/2015

…Nous avons une association où la musique se fait toute seule sans que nous ayons besoin de faire quoi que ce soit de spécial ». Jean-Michel Van Schouwburg


Fred Marty & Ugo Boscain —Estasi—Creative Sources CS 315
Sun ship

Plonger dans les basses…/… Chercher un monde souterrain comme d’autres vont en quêtes de continents perdus, mythiques, sans autre fondement qu’imaginaires… La chose n’est pas nouvelle chez les improvisateurs. On se souvient du Retour du Coelacanthe, qui sondait les fonds marins, en bathyscaphe de poche. Le duo est ici le même attelage, clarinette et contrebasse…/...Un échappatoire idéal dans ces temps lourds, où nous avons tant besoin d’évasion. Franpi Barriau

Jazz Word

Extrapolations a wider scope of textures created during heightened improvisations, the five tracks on this CD also demarcate how to achieve sonic ecstasy – estasi in Italian — despite bare bones instrumentation. Recorded during a protracted residency in an antique French church, contrabass clarinetist Ugo Boscain and double bassist Fred Marty stretch out with extended techniques to reach a rapprochement that is as remarkable as it is restrained. Ken Waxman